Posts Tagged ‘télécharger

15
Jan
13

The future of gamification and how it can be used in your mobile strategy

Gamification is defined by Wikipedia as « the use of game-thinking and game mechanics in non-game contexts in order to engage users and solve problems. »

Anybody who plays video games is familiar with this approach. Reward points are accumulated until they can be redeemed for reaching a new level, badges, prizes, virtual currency, etc.

Today, gamification is used in many applications such as building engagement and customer loyalty. Foursquare, a location-based mobile app, is popular among retailers by rewarding customers who check in at a store’s physical location. Foursquare users who check in the most often receive a ‘Mayor’ badge or other special promotions specifically for them.

Big brands such as Best Buy and Pepsi have used gamification to reward customers during the Super Bowl. Kraft Foods and P&G reward customers who play mobile games with gift cards and free samples.

But gamification is not limited to consumer goods or retail. There are health-related gamification apps which encourage good habits like exercising.
In Fitocracy, users gain points by working out, participating in group challenges and achieving fitness milestones.

In fact, gamification can be applied to many settings, such as learning (known as edutainment), employee training, human resources, project management, call centres, sustainability, market surveys, etc.

As most of these gamification apps are used on smartphones or tablets, the connection to mobile marketing is undeniable. Talk to one of our Didjet experts about starting off 2013 with your own gamification app.

Cheers,
Daniel St-Pierre

Share Via : AddThis

Publicités
20
Juil
11

Opera Mini est le plus populaire sur mobiles

Opera Mini, un navigateur pour téléphones intelligents qui se fait fort de minimiser le nombre de méga-octets téléchargés par page internet, est devenu l’antidote le plus populaire des clients qui ont trop souvent dépassé leurs forfaits de données.

Opera Mini détenait 23% du marché mobile en juin, selon la société d’analyse StatCounter, plaçant le navigateur norvégien loin devant ceux de Nokia (17,6%) et Android (17,25%).

Plus de 120 millions de personnes utilisent Opera Mini sur téléphones intelligents ou tablettes, affirme la société Opera Software.

«Nous minimisons la quantité de données téléchargées», explique l’un des dirigeants d’Opera, Mahi de Silva, à l’AFP.»Nous pensons que nos clients en ont plus pour leur argent grâce à nous».

La technologie d’Opera réduit la quantité de données à télécharger pour consulter une page internet sur un téléphone intelligent –jusqu’à 90%, selon la société–, et compresse les informations envoyées depuis l’appareil pour économiser de la bande passante, détaille Mahi de Silva.

Le besoin d’économiser sa bande passante devient de plus en plus pressant pour les clients au moment où l’explosion de l’utilisation des téléphones intelligents provoque une saturation des réseaux télécoms. Les opérateurs abandonnent progressivement le modèle du forfait internet illimité, qui leur revient trop cher.

Avec Opera Mini, «on peut naviguer sur internet dans des endroits où les réseaux sont saturés».

L’opérateur Virgin Mobile a annoncé qu’il commencerait à plafonner les vitesses de téléchargement de données pour les clients qui paient un forfait illimité pour internet et les courriels.

La maison mère de Virgin Mobile, l’opérateur américain Sprint, pourrait faire de même.

Les trois autres grands opérateurs mobiles des États-Unis, AT&T, T-Mobile et Verizon, ont déjà mis fin récemment à leurs forfaits internet mobile illimités, obligeant les clients à payer des forfaits en fonction du volume de méga-octets consommés.

«Leur bande passante est en train d’être consommée, saturée, c’est pourquoi ils sortent du modèle de forfait illimité», estime Mahi de Silva.

Share Via : AddThis

06
Mai
11

Rogers lance cette année un réseau LTE dans quatre grandes villes canadiennes

Les habitants de Montréal, de Toronto, de Vancouver et d’Ottawa seront les premiers au pays à bénéficier de la technologie LTE de Rogers cette année, promettant une vitesse théorique allant jusqu’à 150 Mb/s en téléchargement et de 70 Mb/s en téléversement.

Comme l’indique Rogers sur son site, «Nous comptons parmi les premiers opérateurs au monde à déployer un réseau LTE (Long Term Evolution), et c’est avec fierté que nous offrons cette technologie de pointe aux Canadiens». Pour l’instant, seules ces quatre grandes villes canadiennes sont concernées, mais Rogers a déjà annoncé (toujours sans date précise ou de prix) son intention d’étendre le déploiement de son réseau LTE à d’autres villes en 2012.

La 4G offre notamment une vitesse de navigation nettement supérieure aux générations précédentes et facilite la circulation de plus importants volumes de données. Ce réseau sans fil de quatrième génération est surtout destiné à être utilisé par les téléphones intelligents, autorisant la navigation sur le Net.

«Le réseau LTE de Rogers vous permettra de profiter d’expériences d’interconnexion, à des vitesses grand V, à partir de votre sans-fil. Vous serez ainsi en mesure de vous divertir et de travailler, plus vite que jamais, en toutes transparence et mobilité», poursuit l’entreprise canadienne.

Aux États-Unis, les premiers déploiements d’un réseau 4G LTE ont eu lieu en septembre 2010, grâce à l’équipementier suédois Ericsson, pour le compte de l’opérateur MetroPCS Communications, à Las Vegas et dans la région de Dallas et de Fort Worth au Texas.

Source: Aude Boivin Filion

Share Via : AddThis

04
Mar
11

Un utilisateur d’iPhone passe 84 minutes par jour sur ses applications

Un utilisateur d’iPhone dispose en moyenne de 108 applications installées dont 88 téléchargées depuis l’app store.

Un détenteur d’iPhone, téléphone intelligent de marque Apple, passe en moyenne 84 minutes par jour à consulter ses applications, d’après Appsfire, guide personnalisé d’applications mobiles, dans une étude.

Les fonctions traditionnelles du téléphone (appel, courriels, SMS) ne représentent que 40% du temps passés sur l’iPhone. Les 60% restants sont dédiés au web et aux applications.

Un utilisateur d’iPhone dispose en moyenne de 108 applications installées dont 88 téléchargées depuis l’app store. Les applications gratuites sont plébiscitées avec une répartition de 58%, devant les payantes (23%) et les standards (19%).

Appsfire a réalisé son enquête en étudiant mille iPhones synchronisés avec son service

Share Via : AddThis

26
Avr
10

Votre cellulaire espionné?

Deux chercheurs affirment avoir trouvé une façon de profiter des faiblesses du système de télécommunication mobile pour espionner légalement les utilisateurs.

Ils se disent capables d’identifier les numéros personnels, de connaître les déplacements des utilisateurs et d’écouter les messages vocaux des personnes ciblées.

Nick DePetrillo et Don Bailey sont des consultants en sécurité de la firme iSec Partners. Dans une entrevue accordée à CNET, Don Bailey affirme que «la fragilité du système de télécommunication peut être brisée. Nous assumons que l’industrie protège notre vie privée, mais nous avons réussi à la perforer».

Pour ce faire, ils utilisent un programme PBX en «open source» qui leur permet de trafiquer des numéros, ce faisant forçant des appels vers leurs appareils, ce qui leur permet d’identifier les appels entrants.

À partir de là, ils peuvent entrer cette information dans une base de données, ce qui leur permet d’identifier des milliers de dossiers d’un seul coup. «Ce qui n’est pas illégal, et ce qui ne constitue pas une entrave aux règles», toujours selon Bailey.

L’étape suivante est de comparer les numéros de téléphone à leur location géographique. Un service qui n’est pas disponible aux États-Unis mais de petits distributeurs en Europe permettent d’accéder à ces accès moyennant un certain déboursé, notamment aux entreprises de marketing ou spécialisées en projections de coûts.

Le résultat? «Nous pouvons voir votre mobile changer de distributeur selon vos déplacements. Si nous connaissons votre numéro, nous pouvons savoir où vous vous trouvez».

Questionné à savoir ce que les utilisateurs peuvent faire pour protéger leur confidentialité, Bailey affirme que «les gens devront simplement être au courant du danger».

«Les entreprises en particulier devraient s’intéresser davantage à leurs systèmes de sécurité, car cette notion de danger potentiel pourrait avoir un impact très négatif sur leurs échanges».

Source : Martin Morin

26
Avr
10

Les utilisateurs de mobiles passent la moitié de leur temps sur les réseaux sociaux

L’entreprise Ground Truth spécialisée en analyse d’utilisation de la technologie mobile dévoile les chiffres d’une étude récente.

Ainsi, plus de la moitié du temps passé sur Internet via les appareils mobiles est accaparé par les activités liées aux réseaux sociaux tels Facebook, Twitter, etc.

«C’est la première fois que l’on peut vraiment quantifier ce que tout le monde croyait», affirme le vice-président marketing de Ground Truth, Evan Neufeld. «Le temps passé sur des réseaux sociaux équivaut à 59,83% du temps total passé en ligne.

C’est une illustration très nette de l’mpact de tels réseaux sur le trafic des appareils mobiles.»

% de temps passé par les utilisateurs de mobiles aux États-Unis

  • Réseaux sociaux: 59,83
  • Portails: 13,65
  • Opérateurs: 9,02
  • Messagerie: 7,35
  • Téléchargements: 1,27
  • Autres: 8,88

«Facebook et MySpace sont les passe-temps les plus achalandés sur un PC, mais des sites tels MocoSpace et AirG reçoivent plus d’attention sur des téléphones portables. À titre d’exemple, chaque usager MocoSpace passe plus d’une heure de plus sur ce site qu’un usager moyen de Facebook», explique Neufeld.

«Cette nouvelle information indique qu’il y a tout un nouvel univers média jusqu’ici ignoré auquel les publicitaires devraient s’attarder. Cela indique également que les médias traditionnels qui ne s’intéressent pas ou peu à l’Internet mobile risquent de perdre une grande part de marché auprès des plus petites entreprises qui s’y attardent davantage.»

Source : Martin Morin

25
Mar
10

Le marché des applications mobiles devrait tripler en deux ans

Les marché des applications pour téléphones et autres appareils portables devrait presque tripler d’ici à 2012, pour atteindre 17,5 milliards de dollars, ce qui présage que l’internet mobile «éclipsera» la navigation sur ordinateur, selon une étude publiée mercredi.

Alors qu’un peu plus de sept milliards d’applications ont été téléchargées en 2009, il devrait y avoir 50 milliards de téléchargements en 2012, selon un étude réalisée par le cabinet Chetan Sharma pour le compte de GetJar, la deuxième plus grande boutique en ligne d’applications.

«Il est facile de voir que les applications mobiles éclipseront l’internet traditionnel sur ordinateur fixe», a indiqué à l’AFP le directeur général de GetJar, Ilja Laurs.

Les applications mobiles existent depuis la fin des années 1990, mais c’est vraiment le lancement de l’«App Store» par Apple, destinée aux téléphones iPhone et aux baladeurs iPod Touch, qui a été l’élément déclencheur de leur essor, en 2008.

Actuellement, le marché est évalué à environ 6 milliards de dollars, mais son expansion est assurée: les entrepreneurs de l’internet se précipitent pour développer une multitude de fonctionnalités permettant d’exploiter au maximum les ressources des appareils portables, leur écran tactile, leur appareil photo intégré ou leur localisation GPS.

GetJar assure déjà que 17% de ses clients passent plus de temps à surfer le web sur leur appareil portable que sur leur ordinateur, les utilisateurs d’iPhone étant les plus en pointe: ils dépensent plus d’argent et de temps en programmes pour leur téléphone qu’en musique.




Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 724 autres abonnés

Follow Us

                   

Didjet : Calendar

décembre 2017
L M M J V S D
« Mai    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Didjet : Tweets

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.